Telequel 10 février 2006, Abdellatif El Azizi

Par Abdellatif El Azizi

A M’hamid Lghizlane, Labbas Sbaï, médecin et hôtelier, a eu l’outrecuidance de dénoncer les autorités qui tolèrent, dans un silence complice, le trafic de chameaux, cigarettes et haschich dans cette zone-frontière entre le Maroc et l’Algérie. Son “J’accuse” lui a coûté six mois de prison.

“Dieu est grand, il rendra justice au docteur” ! Tout Mhamid est sous le choc. L’arrestation du Docteur Labbas Sbaï a mis en émoi la petite bourgade de M’hamid Lghizlane Le chirurgien à la double nationalité, marocaine et suisse, a été arrêté le jeudi 2 février, sur ordre du
procureur du roi à Zagora. Il a été présenté au tribunal et jugé au cours d’un procès expéditif, le lendemain, avant d’être conduit à la prison de Ouarzazate, menotté et escorté par plusieurs voitures de gendarmes, reconnu coupable d’outrage à magistrat, de désordre dans un lieu public et condamné à six mois de prison ferme, applicables de suite. Un jugement en appel devrait être prononcé incessamment à Ouarzazate alors que l’avocat attend toujours le transfert du dossier de son client pour pouvoir au moins lui rendre visite en prison !

Le “J’accuse” du médecin
“Je sentais venir la machination depuis le 23 janvier 2006, date à laquelle je me suis présenté devant le procureur pour assister au procès d’un de mes employés, accusé par le caïd de M’hamid d’avoir tué un âne”, raconte le médecin. L’accusation avait d’abord été portée contre lui, avant que les autorités ne fassent marche arrière pour faire endosser à l’un de ses ouvriers la responsabilité du “meurtre”. Que lui reproche-t-on cette fois-ci ? Officiellement, un comportement injurieux à l’égard des magistrats. En prison, il décide de faire la grève de la faim. “Je maintiens mes accusations de corruption et de comportement mafieux de trois hauts responsables autoritaires de la région”, s’indigne-t-il. Officieusement, les autorités lui en veulent d’avoir mis à nu leurs supposés liens avec les trafiquants de contrebande en tout genre transitant par la frontière maroco-algérienne. Du côté du tribunal de Zagora, l’omerta est de mise. Les gens ont peur de parler de ce qu’ils appellent “une sale affaire”.

Le médecin, qui a abandonné une carrière prestigieuse de chirurgien en Suisse pour monter et développer une structure hôtelière dans sa région natale, est donc coupable d’avoir proféré un “J’accuse” tonitruant. Il en veut aux autorités locales de laisser faire. En fait, son inimitié avec le caïd et le procureur remonte plus précisément à près de trois ans, lorsque l’étendue du trafic commence à lui faire du tort. En effet, d’après le témoignage d’un agent des forces auxiliaires, “depuis plus de trois ans, une bande de nomades surgie d’on ne sait où, s’est installée aux alentours du bivouac du docteur, situé à 50 km de M’hamid, à quelques kilomètres à peine de la frontière algérienne. Ces nomades harcèlent les touristes qui descendent là-bas et ont agressé physiquement à plusieurs reprises le personnel du campement”.

“Notre oasis étant située non loin de la frontière algérienne, c’est hélas un passage important pour tout le trafic de contrebande (cigarettes, dromadaires, haschich …). Sbaï était dernièrement très inquiet de la situation, et craignait entre autres pour la sécurité des touristes et de nos clients”, précise son associée suisse, Laurence Humbert- Bajracharya. Quelle est la réalité de ces accusations ?

L’origine de la contrebande
Pour comprendre et décrire le phénomène des trafics en tout genre que connaît la région, il faut revenir aux années difficiles. Avec les sécheresses successives, les affaires n’ont pas été particulièrement bonnes pour les fellahs et de nombreux individus, parias des tribus voisines, se sont reconvertis dans le trafic. Pour Jamal Agkbib, le président de l’Association des amis de Zagora, l’essor de la contrebande est une conséquence directe de la misère noire qui sévit dans la région. “La sécheresse a poussé les gens à chercher des moyens pour survivre, les moins scrupuleux ont pris le parti de s’investir dans la contrebande”.
Sauf qu’aujourd’hui et de l’avis de nombreux fonctionnaires, le phénomène est en train de dépasser le cadre régional : le trafic de cigarettes, le vol de chameaux et le haschich qui, lui, traverse en sens inverse la frontière vers l’Algérie, brassent des sommes d’argent trop importantes pour les ambitions des nomades qui se contentent souvent de peu. “Les véhicules tout terrain dernier cri, les grosses motos et les téléphones cellulaires que l’on saisit souvent sur les contrebandiers, prouvent que cette région est en train de devenir une véritable base-arrière pour des mafias bien organisées”, rappelle un gendarme qui a quitté la région. Il semble que le trafic limité au vol des chameaux et piloté au départ par quelques tribus locales, un pied au Maroc et l’autre en Algérie, est en train de devenir totalement incontrôlable. Quant aux paysans, le vol répété de leurs chameaux les met dans une situation intolérable.

Un malaise social s’installe
Assis sur sa natte devant une maison en pisé qui sent le renfermé, Haj Ali soupire à l’évocation de ses chameaux. Il confie, dans le frémissement des feuilles de palmiers, qu’il a dû à plusieurs reprises se mobiliser, malgré son âge, pour battre campagne et retrouver la trace de ses bêtes, volées à trois reprises par des bandits de la région. “Le comble, c’est que, non seulement j’ai réussi à reprendre mes chameaux qui ont été acheminés vers Ouarzazate pour y être vendus mais j’ai aussi communiqué aux gendarmes les noms des auteurs du vol. Figurez vous qu’ils sont passés devant le tribunal de Zagora et s’en sont sortis avec deux mois de prison avec sursis chacun !”. Un autre propriétaire, terrorisé à l’idée de parler à un journaliste, préfère raconter le quotidien des gens du coin, des paysans dépossédés de leurs maigres ressources et obligés de vivre dans ce bled plutôt que d’émigrer vers Smara comme tous les autres. Aujourd’hui, pour défendre leurs chameaux et parfois même leur vie, les paysans se sentent pris entre deux feux, la férocité, les moyens énormes des contrebandiers et le silence complice des autorités quand ce n’est pas carrément les menaces du caïd du coin. “M’hamid est en train de devenir un vrai Far West”, commente un instituteur qui n’en revient pas de voir une région aussi belle et des gens aussi pacifiques en proie à cette insécurité ambiante.

Pour sa part, le docteur Sbaï qui croupit derrière les barreaux de la prison de Ouarzazate pense avoir rempli son devoir d’honnête citoyen en insistant auprès des autorités pour qu’elles interviennent au nom de la justice, avant que la situation ne devienne incontrôlable. Il les a suppliées même, leur a dit combien leur silence est louche. Mais il est des secrets qu’il n’est pas bon d’avoir surpris. “Au lieu de faire le procès de la corruption, et donc des corrompus, on a préféré faire le procès de celui qui les dénonce” s’indigne son frère Ali, un physicien de renommée internationale travaillant à Genève pour le compte de l’ONU.

En attendant, les habitants de M’hamid qui ont vaillamment et spontanément repoussé les attaques des mercenaires du Polisario en 1980 livrent à mains nues leur dernière bataille contre la mafia des chameaux. On murmure que les uniformes de tout poil qui quadrillent la région se remplissent les poches d’une façon éhontée en prélevant une dîme au passage. Encore faudrait-il pouvoir le prouver !

Trafic. Frontières-fantômes

C’est à une trentaine de kilomètres de M’hamid, qui fut au XVIème siècle le point de ralliement avec Tombouctou, que se dressent les limites frontalières invisibles entre l’Algérie et le Maroc, invisibles parce que les maigres effectifs des soldats qui squattent des postes frontières espacés de plusieurs dizaines de kilomètres ne peuvent rien contrôler. La frontière est une véritable passoire et on y croise souvent des nomades et des chameliers qui vont et viennent des deux côtés avec une facilité déconcertante. Quand le climat politique entre le Maroc et l’Algérie n’est pas au beau fixe, les chameliers s’abstiennent de franchir les dunes de sable mais leurs chameaux, eux, ne s’en privent guère. “Quand la sécheresse est trop forte, on lâche les chameaux qui, guidés par l’instinct de survie, n’hésitent pas à passer de l’autre côté, à la recherche de la moindre végétation” commente un chamelier de la région qui ajoute qu’une fois rassasiés, les bêtes font le retour en chemin inverse, ce qui n’empêche pas les Rguibat de l’autre côté de la frontière de faire de même avec leurs bêtes.

Source: Telquel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*